As-tu travaillé cette semaine ?

Cette question posée par le professeur à son élève revient souvent et s’adresse aux plus jeunes bien sûr, à ceux qui n’ont pas encore compris…mais compris quoi ?

par Patrick Ruby

  • qu’il faut travailler chaque jour ?
  • qu’il faut travailler tout seul ? travailler comme à l’école ? apprendre à faire des devoirs ?
  • travailler, pratiquer, pratiquer en jouant ? Mais jouer combien de fois ?

Et la réponse du professeur varie selon chacun ou selon la méthode choisie :

  • il faut jouer tout les jours, répéter les exercices en suivant les consignes
  • il faut s’isoler à la maison et jouer tout seul

Parfois la réponse s’accompagne d’une mise en situation qui ressemble fort à une pénitence : 

  • tu vas rester seul dans cette salle de cours et répéter ton morceau pendant 20 minutes comme tu aurais dû le faire à la maison cette semaine…

« As-tu travaillé cette semaine » sous-entend déjà l’attente d’un résultat, le fait que quelque chose a progressé. La pratique régulière de l’instrument pourrait être une évidence, mais comment le faire comprendre aux plus jeunes, aux familles, et combien de temps se donne le professeur pour se faire comprendre et que se passe-t-il si cette pratique régulière ne s’installe pas ou si elle disparaît au profit d’autres intérêts?

Les véritables questions seraient : Comment motiver un élève pour qu’il ou elle utilise son instrument et surtout prenne plaisir à le jouer le plus souvent possible à la maison ? Quelle solution adopter en fonction de l’âge des élèves ? Comment expliquer aux familles le rôle qu’elles pourraient avoir ? 

Comment transformer le « As-tu travaillé cette semaine? » en « Bravo pour les progrès que tu a fait cette semaine »

« As-tu joué de ton instrument à la maison ? »

Une fois de plus les cours de trois élèves, la dynamique du groupe, l’animation du groupe, répondront pleinement à la question de la motivation.

« Comment j’ai développé la motivation à l’école de musique? ».

« La dynamique du groupe »

Nous avons beaucoup parlé des avantages de la pédagogie de groupe, de la dynamique et de l’animation du groupe, des séances de musique.

Mais le plus important se situe dans les méthodes d’apprentissage.

Car c’est au niveau des méthodes d’apprentissage que se jouent « l’interêt des élèves, la motivation, l’émotion, l’enthousiasme », tous ces éléments qui sont source d’énergie et qui poussent les musiciens à conserver passionnément leur pratique artistique pendant des années.

« As-tu travaillé cette semaine ? » devrait se transformer en « as-tu joué ton instrument cette semaine? » pour devenir « as-tu aimé la musique que tu as jouée cette semaine? »

Les mots et les méthodes marchent ensemble. L’enseignant doit-il attendre un résultat ou susciter une émotion ? En restant au plus près des jeunes musiciens, de leur quotidien et de leurs préoccupations, l’enseignant se fera comprendre rapidement. L’enthousiasme viendra avec l’émotion. Le cours de trois élèves est le lieu idéal pour créer une émotion musicale en jouant ensemble. C’est l’endroit où le sentiment de créer quelque chose d’exceptionnel ensemble est le plus fort. Ce sentiment et cette émotion seront inoubliables.

Je pourrais ajouter que la motivation n’est pas constante et qu’elle est différente selon l’âge et les centres d’intérêt des élèves. Par exemple un collégien peut prendre une certaine distance avec la musique lorsqu’il découvre d’autres centres d’intérêt, alors que la musique était une priorité lorsqu’il était à l’école primaire. L’ambiance familiale, l’importance donnée à certaines activités plus qu’à d’autres vont modifier l’attitude du jeune musicien mais pas toujours en faveur de la musique.

Pour éviter une baisse de la motivation, le cours instrumental de trois élèves sera complété par une pratique collective en orchestre ou au sein d’un ensemble instrumental. Ces deux activités complémentaires permettront d’encadrer les élèves deux fois par semaine. La motivation sera démultipliée et le résultat enthousiasmant.

« As-tu aimé la musique que tu as jouée cette semaine ? »

Un musicien motivé à l’école de musique le restera à la maison. Il se souviendra des consignes et pourra travailler seul entre les cours de l’école de musique. Avec un petit coup de pouce de la famille, le plaisir de jouer sur son instrument deviendra une habitude et la pratique régulière de l’instrument fera partie de la vie de tous les jours, ou presque…

Le cours collectif peut ensuite évolué ponctuellement ou partiellement vers le cours individuel pour l’étude du répertoire soliste. Les élèves y trouveront leur compte d’une autre manière et ce sera une autre source de motivation qu’il ne faudra pas négliger.

D’autres approches pédagogiques seront complémentaires :

Enseigner en partant de l’intérêt des élèves, de leurs questions, de leur quotidien. 

Les jeunes musiciens sont capable de choisir les musiques qu’ils vont jouer. Le répertoire proposé doit être varié et présenter des styles musicaux différents : classique, populaire, traditionnel, contemporain. Il s’agit aussi de construire les bases d’une culture musicale et de former des mélomanes curieux de toutes les musiques.

Tous les jeunes musiciens ne se destinent pas à jouer la musique classique, c’est le moment de leur apprendre à faire des différences et à aiguiser leur esprit critique. L’établissement d’enseignement musical propose les musiques actuelles, rock, folk et le jazz.

Il est intéressant de se rapprocher de la culture musicale familiale et faire le lien entre le quotidien du musicien et ce qui se passe à l’école de musique. 

Imposer la musique classique a de jeunes musiciens alors que celle-ci est totalement ignorée à la maison a de quoi dérouter la meilleure volonté, même si la découverte de quelque chose de nouveau est un élément positif.

Faire prendre conscience aux élèves de leurs progrès.

« Tu as fait beaucoup de progrès !», un jeune musicien se souviendra toute sa vie d’un tel encouragement. Bien sûr les progrès n’arrivent pas tout seul et sont le résultat d’une semaine de travail plus intensive à la maison. Mais l’encouragement est beaucoup plus efficace pour poursuivre les efforts que la remarque « as-tu travaillé cette semaine? » dans laquelle apparaît une certaine suspicion.

Faire prendre conscience aux élèves qu’ils sont capables de bien jouer.

Il s’agit de développer la confiance en ses capacités à jouer d’un instrument de musique.

Développer la motivation, c’est faire sentir et comprendre aux jeunes élèves que ce qu’on leur demande est à leur portée et qu’ils sont capables d’atteindre l’objectif.

La pédagogie par projet donne du sens aux apprentissages.

Elle propose une autre façon d’enseigner, plus motivante, plus variée, plus concrète, plus active. A lire aussi :

 « Programmes, Projets, Objectifs, dans quelle direction aller ? »

As-tu travaillé cette semaine ?

Pour conclure :

Sur les dix années d’apprentissage qu’un jeune musicien peut passer à l’école de musique, la motivation et l’enthousiasme ne seront pas toujours au même niveau. La vie familiale, l’école, le collège, le lycée, la quotidien auront une grande influence sur le déroulement des activités musicales. Mais les méthodes d’apprentissage devront évoluer et varier au fil du temps et des expériences. Celles-ci seront mises en place et organisées pour ne pas laisser quelqu’un seul sur le bord du chemin, face à ses difficultés.

L’établissement d’enseignement musical et l’équipe pédagogique sont à l’écoute des musiciens pour proposer des méthodes et des activités variées, pour encadrer les projets personnels, pour transformer les rêves en réalité.

——- © 2018 Guitary ——-

Si vous enseignez un instrument de musique ces articles vont vous faire gagner du temps,

Si vous cherchez des solutions pédagogiques, des réponses pratiques,

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder aux articles déjà parus et recevoir la newsletter mensuelle

  2 comments for “As-tu travaillé cette semaine ?

  1. guillermo
    14/06/2018 at 10:57

    Dommage, une partie de l’article est occultée par des photos…

  2. 18/06/2018 at 22:17

    Bonjour,
    Normalement les photos renvoient à d’autres articles en cliquant dessus mais ne cachent pas l’article principal.
    D’après la mise en page « Gutenberg » de WordPress.
    Merci pour votre commentaire, nous somme nombreux à vouloir innover…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *